Entreprise familiale depuis 1932

Le Roptai est le plus ancien camping de Belgique! En 1927, Jacobus Bernardus Boevé (né en 1901) ouvrait le ‘Camp des Chalaines’ à Forrières, à 15 km de Ave-et-Auffe. Ce terrain fut  fermé en 1932 parce que le propriétaire ne voulait pas le vendre.  Avec sa femme Aletta Breuer et leur fils de 6 ans, il commença alors par acquérir un terrain verdoyant d’une surface d’à peu près 5ha, sur le versant sud d’une colline dont le sommet était déjà boisé, et comme ce bois s’appelait depuis toujours 'le bois du Roptai', c’est le nom qui fut choisi pour le camping. J.B. Boevé a été un vrai pionnier…

Depuis 1932, le propriétaire et sa femme Aletta Breuer géraient aussi une Auberge de Jeunesse dans le village de Ave, à 1km du camping, et ce jusqu'à la 2ème Guerre Mondiale. Parce qu’il n’y avait aucune certitude quant à la fin de la guerre, quelques maisonnettes déjà érigées furent vendues et l’Auberge de Jeunesse fut fermée en 1943.  Après la guerre, l’Auberge a réouvert sur le terrain du camping actuel. Dans ces années, le camping fut le premier terrain de camping en dehors des Pays-Bas reconnu officiellement par l’ANWB (organisation touristique connue aux Pays-Bas).

Tout devait encore être fait : l’électricité (elle fut installée après la guerre seulement – jusque là, la lumière était créée grâce à des lampes à huile et l’électricité produite à l’aide d’un groupe électrogène à essence), l’eau (était  extraite du sol à l’aide de pompes manuelles)… avant la guerre déjà, quelques bâtiments en bois avaient été construits : une cantine, quelques maisonnettes ; juste après la guerre, une maison d’habitation fut érigée à la place du bâtiment d’accueil actuel… les déchets étaient enlevés par un fermier du village qui venait avec  son cheval et une charrette…

Le 30 août 1953, malheureusement, Jacobus Boevé décédait, à l’âge de 52 ans : lors du remplissage journalier du groupe électrogène, quelque chose se passa mal, provoquant une grosse explosion;  toute la maison d’habitation fut détruite par les flammes et Jacobus Boevé fut gravement brûlé; 3 jours plus tard il décéda.

Son fils Gerrit Jan, alors âgé de 27 ans, ingénieur agronome, revenu depuis peu du Congo belge où il avait dirigé des plantations de coton, reprit l’entreprise avec sa femme Emmy; ils avaient alors 3 jeunes enfants (nés en 1949, 1950 et 1951). Pendant l’hiver 1953-1954, un des plus froids de tous les temps, Gerrit reconstruisit de ses propres mains une nouvelle maison d’habitation, et poursuivit le développement du Camping Le Roptai.

Parallèlement 4 enfants s’ajoutèrent, en 1955, 1959, 1961 et 1968. Des bâtiments sanitaires et des maisonnettes furent construites (des propres mains de Gerrit), et début des années septante une piscine fut installée, qui s’avéra un tout grand pôle d’attraction. Dans la période 1970-1975 le terrain se développa fortement avec l’aménagement d’emplacements  “à l’année”. Des terrains autour des premiers 5ha furent achetés et/ou loués, jusqu’à une surface totale de 10ha. ‘Le Roptai’ fut alors nommé dans un guide destiné aux consommateurs comme un des quatre meilleurs campings de Belgique.

Depuis 1991 la 3ème génération a repris les rênes de l’entreprise et, avec davantage de collaborateurs, cette équipe travailla avec énergie à l’amélioration et la rénovation du camping, tout en maintenant l’ambiance d’antan... Actuellement, en 2016, avec une équipe fixe de huit personnes (à laquelle s'ajoutent une quinzaine de collaborateurs et étudiant(e)s pendant la saison touristique), ‘Le Roptai’ est un acteur incontournable dans le monde du camping. Frederika Boevé, la gérante actuelle, occupe également quelques fonctions d’administratrice, notamment dans Walcamp, la Fédération des Terrains de Camping de Wallonie, et au comité technique du CGT (Commissariat Général au Tourisme), ainsi qu’à la FTPN (Fédération du Tourisme de la Province de Namur).

Ceci était 'à vol d’oiseau' l’histoire d’une superbe entreprise familiale. Raconter vraiment tout pourrait remplir tout un livre mais nous voulons vous faire profiter de notre terrain d’autres manières. Lorsque vous parcourrez le terrain en ayant à l’esprit cet aperçu 'historique', vous sentirez que chaque buisson, chaque maisonnette, chaque parcelle du terrain peut prendre une toute autre dimension!